AccueilAccueil  CalendrierCalendrier  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  
LA LISTE DES TOTEMS A ÉTÉ COMPLÉTÉE - n'hésitez pas à aller voir.
LE PREMIER TOPIC COMMUN A ÉTÉ POSTÉ, vous trouverez toutes les informations relatives à l'intérieur du sujet.

Partagez | 
 

 Ô Capitaine ! mon Capitaine !

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
avatar
‟ SALVAJE „

ANIMAL TOTEM : EL BISON.
RÔLE : MÉDIATEUR, LOVEMAN.
AGE : 24 ans.


PSEUDO : OARISTYS.
CREDITS : DIVAE FAVSTINAE.
Messages : 54


→ OVER THE RAINBOW
LES AMIS DE MES AMIS SONT..:
RP ?: DISPONIBLE

MessageSujet: Ô Capitaine ! mon Capitaine !   Mer 13 Fév - 23:10


KIDD/TUMBLR@Felix
paco ate
Je partis dans les bois parce que je voulais vivre sans me hâter.
Vivre intensément et sucer toute la moelle secrète de la vie.

patronyme - simon galileo. âge - vingt-quatre ans. date et lieu de naissance - dix janvier, Paris. nationalité et origines - française, origines andalouses. ancienne occupation - oisif, dandy occupant sans grande conviction les bancs de la sorbonne. statut civil - amoureux, mon capitaine.

arrivée à andesquacaon - on fêtera bientôt une année. une année à vivre dans ce paradis, à s'adapter à cette nouvelle destinée. il y a un an, jour pour jour, bientôt heureu pour heure, Iye nous a trainés ici en nous promettant la lune. et nous on l'a cru, parce qu'un conteur ne ment jamais. pourquoi ici ? - pourquoi pas? nous l'aurions suivi dans le désert, sous la terre, sur une autre planète. il nous est rapidement apparu comme une évidence que nous n'avions plus rien à faire à paris. les vidéos youtubes, les harlem shakes, les lolcats, la dernière marque grimpante, the kooples... qu'avions-nous à voir avec ça? avec ce que l'humanité européenne se mettait à nous proposer? nous lisions, nous écrivions, nous racontions du vide. des rêves stériles que nous n'étions pas capables de réaliser. du vent, tout ça, parce que notre confort était un boulet attaché à nos pieds. andes a brisé nos chaines. nous avons pris ceux que nous aimions le plus au monde, blindé nos sacs à dos de clopes, et pris la route, enfin rencontré les chemins tant de fois rêvés. nous n'avions pas de tableau dans la tête, pas d'exigences: Andes serait ce qu'elle serait. nous ferions avec. comme Baudelaire, notre âme nous criait depuis déjà bien trop longtemps anywhere, anywhere out of the world. Et Andes, c'était ça. C'était quelque part, ailleurs.

(Paco Ate) c'est tout. c'est tout lui. quand ils l'ont étudié, ils l'ont su. tout chez lui voulait dire "paco". paco comme « aigle à la tête blanche », c'est vrai, parce que paco est blanc, tout blanc, et pourtant, il va au plus haut et s'envole en un cri perçant. mais pas que, paco. parce que paco, tu sais, il vient d'andalousie, là où le soleil chante et où la lune rit. en espagne, on dit que paco, c'est le diminutif de francisco, qui veut dire « de France ». Paco pour Paco de Lucía, celui qu'on ne sépare pas de sa guitare. Paco parce que Pacôme le Grand, sans qui l'amour de la religion n'aurait jamais été vécu en commun. paco, parce que c'est la racine de paix. paco parce que pācātĭo (apaisement), pācātissĭme (le plus paisiblement), pācātŏr (pacificateur), pācātōrĭus (qui apaise). parce que quand on est avec paco, on se sent bien. paco te fait oublier qui tu es, paco court partout, bouge tout le temps, gueule et éclate de rire, paco efface tes péchés, ton passé d'un coup de pied au cul.
ate, ça veut dire père. père paco, parce que c'est rigolo et que ça fait marrer les petits. alors il l'a adopté. paco, il a des tas d'gamins, des tas d'enfants sur les chemins qui le saluent de la main quand il passe le matin, qui courent entre ses jambes, lui marchent sur les pieds pour faire des pas de géant. paco porte ses enfants sur son dos, son mégot calé contre sa lèvre, et court, court, saute et s'envole tandis que ses enfants battent des ailes avec leurs petits bras couleur pure. alors seulement, paco ate devient lui-même. l'aigle à la tête blanche, à l'enfant sur l'épaule.

(bison) les anciens l'ont testé. en cadeau de bienvenue dans la communauté, le soir de son arrivée, il lui ont donné un bâton de bois. un bâton tout bête, un bâton tout con, vierge de tout artifice, encore humide de sa rosée. un bâton de rien du tout quand d'autres recevaient des chapeaux de plumes, des bijoux tressés. paco ate a regardé le bâton au creux de sa main grande ouverte, et son visage s'est éclairé d'un sourire. alors, nanaka a vu l'ombre du bison éclairer le fond de ces prunelles brunes. le bison t'apprendra qu'il est bon d'accueillir tout ce qui arrive vers toi, parce que le simple fait que cela vienne à toi est en soi une abondance, une richesse de plus, tu comprends? le bison se satisfait de tout ce qui vient et qui est bon. le bison se satisfait de la mort qui pense à nous et nous prend dans ses bras lorsque la vie s'en va, la mort qui ne nous laissera jamais errer seul dans la forêt, gémir au fond des rivières. le bison te souhaitera toujours d'acquérir une grande richesse. mais tu dois le comprendre, car pour le bison tout est richesse, la vie est le premier des cadeaux qui soit venu à toi. le bison t'apporte la sérénité et la joie, il t'enseigne qu'avant d'apaiser le monde, tu dois faire la paix dans ton propre cœur.




« T'imagine même pas tout ce qui peut arriver en un seul regard, vieux. » Simon sourit, secoue la tête en frappant contre la table au rythme des guitares qui grattent, grattent, sifflent de leur voix rauque, se trémoussent de côté en côté, opèrent un tour sur elles-mêmes et gémissent par petits cris aigus. Fabien insiste. « Les regards brûlent la peau mec. Descendent jusqu'aux entrailles et te tordent la bite. Et alors là... » Simon hausse un sourcil, faussement intrigué. « Quoi? Une érection cutanée? » Louis se marre, Fabien décroche un sourire peu convaincu. D'une tape sur l'épaule, Simon lui désigne les guitares qui s'agitent. « Moi c'est ça qui me tord la bite mec, pas des prunelles, pas des iris, pas des battements de cils: ça. Des doigts qui cognent quelques cordes qu'on pince avec... » Il boit une longue gorgée de bière. « Une sensualité sauvage. » Autour d'eux, dans le minuscule pub coincé au milieu du dix-septième, quelques filles manouches se lèvent pour danser et faire onduler leurs cheveux noirs ou teints en un blond délavé. Simon distribue une nouvelle tournée – leur dixième, peut-être, depuis le début de la soirée. Fabien n'a pas l'air comme d'habitude, plus soucieux lorsqu'il fixe sa chope qu'il doit voir en double, depuis le temps. Simon échange un haussement de sourcil avec Louis, mais il est inutile de poser des questions, avec Fabien, on attend. Qu'il parle en premier. Ce qu'il ne tarde pas à faire, en bougonnant devant sa bière comme si elle était entièrement responsable de son humeur du soir. « On devrait se barrer loin d'ici. » C'est vrai que l'alcool a tendance à le rendre bohème, mais à ce point?... Simon se penche sur la table, bras croisés, la tête à quelques centimètres de celle de Fabien, qui refuse de poser ses yeux sur les siens. Il attend, attend, attend encore, un sourire malin aux lèvres, que Fabien daigne enfin le regarder. Leurs regards se croisent alors, et Simon entame une danse du cou, de la tête et des épaules, swingue avec les rires des guitares. Il est ridicule, mais totalement en rythme. Fabien lève les yeux au ciel, mais Simon le connait trop pour renoncer de si tôt. Il danse encore, jusqu'à ce qu'un petit sourire en coin se dessine sur les lèvres de Fabien. Simon se lève d'un bond et le chope pas le bras, l'oblige à se lever et l'entraine sur la piste. « Non, non... » Fabien dit non, mais il se laisse volontiers conduire au milieu des danseuses, aux pieds des musiciens. Simon mène la danse, claque des doigts, tourne autour de Fabien, possédé comme il l'est toujours dès qu'on le fout au milieu de guitares andalouses, et Fabien ne peut réprimer un rire. Simon attrape sa main et l'oblige à suivre ses pas. Après un dernier regard de résignation joyeuse lancé à Louis, Fabien se laisse emporter et suit les pas de Simon, laissant les notes danser entre leurs chevilles maigres. Leurs tennis glissent contre le plancher abimé, leurs têtes swinguent, les boutons de leurs chemises se défont, et, pour la première fois depuis le début de la soirée, Fabien sourit franchement. Et quand Fabien sourit, Simon oublie. Oublie que sa vie est merdique, qu'il branle rien, que ses études ne l'intéressent pas, qu'aucun métier ne lui plait, que la pression sociale le gave mais qu'il n'a pas les couilles de s'en aller. Voilà pourquoi il est essentiel que Fabien rie.

« Je m'en fous, je m'en fous de tout ce qui se passe, du monde et tout, je m'en fous, de la chute du mur et des Russes, je m'en fous, de la Yougoslavie, l’Azerbaïdjan, de l'Arménie, des problèmes du chômage, je m'en fous, du problème kurde et du trente-deuxième parallèle, je m'en fous, des Chinois, Tien Amen et de l'annexion, des Allemands de l'Est et de l'Ouest, je me fous du problème Nord-Sud, Est-Ouest, du lait, du beurre, des problèmes d'armée, des fractions, du poulet à Cuba, des pêcheurs au Canada, du mouton anglais, du partage des eaux, je m'en fous, de la coke en Colombie, des Khmers rouges, des Russes Blancs, je m'en fous, je me fous des anciens de Vietnam, de l'Algérie, de la Corée, du suicide en Suède, des manchots pris dans les glaces, des chiens enragés, je m'en fous, des coups d'état en Afrique, du Liban, des immigrés, je m'en fous, de la baisse de la bourse, de l'effondrement monétaire, je m'en fous, de la colère des paysans, du Nil qui déborde, des monuments qui s'écroulent, des Indiens, des réfugiés politiques, du problème turc, je m'en fous, du grand pardon, je m'en fous, du problème arabo-persique et sino-japonais, du Liban, des ramasseurs de mégots en Égypte, des rejets d'ordures, de la croûte du ciel, couche d'ozone, des emprisonnements, des règlements de compte, de l'Amérique centrale, de la forêt amazonienne, et de certaines bonnes sœurs, je m'en fous, des expériences nucléaires, du Pacifique, plus de poissons dans la Méditerannée, des états fédéraux, des grands malades aux petits bobos, de la chute de l'Occident, de l'ancien empire ottoman, je m'en fous, je me fous du problème des taureaux, du crack, du crash, du New Age, des religions, des ethnies, des scientistes et autres, je m'en fous, des feux en Corse, des Palestiniens, de l'état Hébreu, du Zimbabwe, du Surinam, de Venise qui s'affaisse, je m'en fous, de la dope, des combats truqués, de la mouche tsé-tsé, des problèmes de couples, de l'orgasme, du divorce, de la télévision, je m'en fous. »
(Xavier Durringer)



Ils marchent tous les trois le long du boulevard Montmartre, bras dessus, bras dessous, adressant des sourires ironiques aux lycéennes qui les badent, des violons plein la tête, et les cheveux au vent. La rengaine de Paris, ils connaissent. La danse, ils maitrisent, leurs pas se ressemblent, pour sûr, les semelles de leurs chaussures trouées laissent les mêmes traces sur les pavés. Ils lèvent tous trois leur chapeau imaginaire au passage d'une bourgeoise promenant son caniche enveloppé dans un manteau de fourrure. Ensemble, ils tracent la suite du chemin sans fin, d'écoles en écoles, de bars en bars, de villes en villes, de forêts en forêts, d'infinis en éternels, et après. Simon s'arrête soudain, et sort son violon de la housse qu'il portait sur l'épaule. Ils partent en courant le long de l'avenue, détalent comme des dératés, des feuilles à dessins s'envolent des poches de Louis, Fabien fait une pirouette en avant et ils repartent de plus belle. Ils ne se stoppent que devant le café où Clarisse, Elsa et Mathilde les attendent, jambes croisées, sourcils haussés, l'air hautain qu'on leur connait bien. Alors, tous les trois se mettent les uns à côté des autres en ligne droite et se penchent pour une révérence. Mesdemoiselles sourient à peine. Simon cale son violon sous son menton et entame l'air de Paris le samedi matin. Fabien déclame un poème improvisé sur le rythme des cordes qu'on frotte insolemment, Louis essaie un pas de polka qui fait rire les bourgeons de fleurs roses. Mesdemoiselles frappent des mains. Dans quelques minutes elles danseront, et ils chanteront « Georgia » avant qu'ils ne repartent tous les trois le long du boulevard Montmartre, bras dessus, bras dessous, adressant des sourires ironiques aux lycéennes qui les badent, des violons plein la tête, et les cheveux au vent.



pseudo - oaristys. âge - ça suffit ces conneries. avis/autre - la voilà enfin ta petite merveille ♡ souhaitons lui de durer encore et encore.


Dernière édition par Paco Ate le Jeu 14 Fév - 2:59, édité 18 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Invité


MessageSujet: Re: Ô Capitaine ! mon Capitaine !   Mer 13 Fév - 23:12

ma petite dame. couette
Revenir en haut Aller en bas
avatar
‟ স্বপ্ন „

ANIMAL TOTEM : L’ARAIGNÉE.
RÔLE : (Monsieur rêve) - conteur/parolier de la communauté, aide à la mini-librairie.
AGE : VINGT-DEUX ANS.


PSEUDO : KIDD/Faustine.
CREDITS : KIDD.
Messages : 296


→ OVER THE RAINBOW
LES AMIS DE MES AMIS SONT..:
RP ?: DISPONIBLE

MessageSujet: Re: Ô Capitaine ! mon Capitaine !   Mer 13 Fév - 23:23

*inspire profondément*
alizé. alizé. alizé. alizé. alizé. alizé. alizé. alizé. alizé. alizé. alizé. alizé. alizé. alizé. alizé. alizé. alizé. alizé. alizé. alizé. alizé. mon bonheur est complet de te voir ici, de pouvoir enfin poster dans ta fiche. rien que ce que tu as écris.. j'adore. tu sais que je suis déjà amoureuse de paco, hein, tu sais déjà tout ce que je pense de lui - tout le bien. tu n'imagines pas comme je suis heureuse de te savoir là, puis manon aussi, et comme j'ai hâte que l'on mette toute notre histoire en place. franchement.
je m'emballe, je m'emballe. désolée. mais avoues que c'était un beau cadeau que je t'ai fait là. je voulais ouvrir aujourd'hui - enfin, hier depuis quelques minutes - pour pouvoir dire : cadeau. demande à manon.
je ne te souhaiterais pas la bienvenue, parce que tu es ici chez toi, au même titre que marine, juliette, ou moi. parce que tu as suivis le projet tout le long et que tu m'as trop donné la motive de le mener à bout. parce que je te dois bien ça, un refus de te dire que tu es la bienvenue. c'est ta maison. tu poses tes bagages où tu veux, tu peux même te promener en sous-vêtements si ça te chante.
et j'ai hâte, hâte, hâte de te lire. je trépigne.
- et comme je connais ton avis sur les admins ne faisant pas leur fiche, promis, demain je fais ne serait-ce qu'iye. couette

_________________
“I think I need to find a bigger place
'Cos when you have more than you think
You need more space

Society, you're a crazy breed
I hope you're not lonely without me
Society, crazy and deep
I hope you're not lonely without me”
Society, Eddie Vedder
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
‟ SALVAJE „

ANIMAL TOTEM : EL BISON.
RÔLE : MÉDIATEUR, LOVEMAN.
AGE : 24 ans.


PSEUDO : OARISTYS.
CREDITS : DIVAE FAVSTINAE.
Messages : 54


→ OVER THE RAINBOW
LES AMIS DE MES AMIS SONT..:
RP ?: DISPONIBLE

MessageSujet: Re: Ô Capitaine ! mon Capitaine !   Jeu 14 Fév - 0:02

hé, bien le pseudo
(manque plus qu'un avatar à la hauteur, knowhati'msayin he )
(edit. ah non ben pas le pseudo alors)

toi, mais toi. t'es un chou d'amour
présente pour le jouer, ce meilleur poto, et prête à tout mettre en place avec toi pour te faire rêver, divae
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
‟ SALVAJE „

ANIMAL TOTEM : EL BISON.
RÔLE : MÉDIATEUR, LOVEMAN.
AGE : 24 ans.


PSEUDO : OARISTYS.
CREDITS : DIVAE FAVSTINAE.
Messages : 54


→ OVER THE RAINBOW
LES AMIS DE MES AMIS SONT..:
RP ?: DISPONIBLE

MessageSujet: Re: Ô Capitaine ! mon Capitaine !   Jeu 14 Fév - 2:46

moi j'aime pas quand ça traine. sid
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
‟ স্বপ্ন „

ANIMAL TOTEM : L’ARAIGNÉE.
RÔLE : (Monsieur rêve) - conteur/parolier de la communauté, aide à la mini-librairie.
AGE : VINGT-DEUX ANS.


PSEUDO : KIDD/Faustine.
CREDITS : KIDD.
Messages : 296


→ OVER THE RAINBOW
LES AMIS DE MES AMIS SONT..:
RP ?: DISPONIBLE

MessageSujet: Re: Ô Capitaine ! mon Capitaine !   Jeu 14 Fév - 5:58

gniiiiii. je me charge de ta fiche au plus vite. je veux te valider.

_________________
“I think I need to find a bigger place
'Cos when you have more than you think
You need more space

Society, you're a crazy breed
I hope you're not lonely without me
Society, crazy and deep
I hope you're not lonely without me”
Society, Eddie Vedder
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar

il nous suffira de la route, et du jour qui se lève. pour donner lumière à nos nuits, et l'univers aux infinis.

ANIMAL TOTEM : LE DAUPHIN.
RÔLE : DRESSEUSE DE CHEVAUX.
AGE : DIX-HUIT ANS.


AVATAR : BRYN DROHAN.
PSEUDO : BURNINGSKIES/Marine.
CREDITS : KIDD.
Messages : 93


→ OVER THE RAINBOW
LES AMIS DE MES AMIS SONT..:
RP ?: DISPONIBLE

MessageSujet: Re: Ô Capitaine ! mon Capitaine !   Jeu 14 Fév - 11:36

l'image que tu as mise. ton pseudo, puis le patronyme. puis ta fiche. ta fiche. voilà quoi. j'aime. couette
comme l'a dit faustine, tu es chez toi ici. bril
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
‟ স্বপ্ন „

ANIMAL TOTEM : L’ARAIGNÉE.
RÔLE : (Monsieur rêve) - conteur/parolier de la communauté, aide à la mini-librairie.
AGE : VINGT-DEUX ANS.


PSEUDO : KIDD/Faustine.
CREDITS : KIDD.
Messages : 296


→ OVER THE RAINBOW
LES AMIS DE MES AMIS SONT..:
RP ?: DISPONIBLE

MessageSujet: Re: Ô Capitaine ! mon Capitaine !   Jeu 14 Fév - 11:49

je t'aime toi.

_________________
“I think I need to find a bigger place
'Cos when you have more than you think
You need more space

Society, you're a crazy breed
I hope you're not lonely without me
Society, crazy and deep
I hope you're not lonely without me”
Society, Eddie Vedder
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
‟ SALVAJE „

ANIMAL TOTEM : EL BISON.
RÔLE : MÉDIATEUR, LOVEMAN.
AGE : 24 ans.


PSEUDO : OARISTYS.
CREDITS : DIVAE FAVSTINAE.
Messages : 54


→ OVER THE RAINBOW
LES AMIS DE MES AMIS SONT..:
RP ?: DISPONIBLE

MessageSujet: Re: Ô Capitaine ! mon Capitaine !   Jeu 14 Fév - 15:02

moi aussi, je vous aime bien, bien, bien
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
আলোকিত তারকা


ANIMAL TOTEM : COYOTE
RÔLE : FÉE CLOCHETTE
AGE : SEVENTEEN


AVATAR : AMY.
PSEUDO : BUCKSHOT/Juliette
CREDITS : KIDD
Messages : 59


→ OVER THE RAINBOW
LES AMIS DE MES AMIS SONT..:
RP ?: DISPONIBLE

MessageSujet: Re: Ô Capitaine ! mon Capitaine !   Jeu 14 Fév - 18:00

tu vas plus vite que ton ombre toi, j'ai même pas eu le temps de passer par ici que tu es déjà validée.
le titre me fait penser qu'il faut que je re-regarde le cercle des poètes disparus, qu'est-ce que j'aime ce film.
j'aimais déjà leur relation, aux trois, mais avec ta fiche, je l'aime encore plus. et puis j'imagine tellement paco à andesquacaon, c'est fou.
dire que j'ai aimé ta fiche, que tes mots sont magiques, serait inutile, je laisse mes passages préférés parler pour moi misha

Citation :
pourquoi pas? nous l'aurions suivi dans le désert, sous la terre, sur une autre planète.
nous lisions, nous écrivions, nous racontions du vide. des rêves stériles que nous n'étions pas capables de réaliser. du vent, tout ça, parce que notre confort était un boulet attaché à nos pieds.

il va au plus haut et s'envole en un cri perçant. mais pas que, paco. parce que paco, tu sais, il vient d'andalousie, là où le soleil chante et où la lune rit.

parce que quand on est avec paco, on se sent bien. paco te fait oublier qui tu es, paco court partout, bouge tout le temps, gueule et éclate de rire, paco efface tes péchés, ton passé d'un coup de pied au cul.

« Moi c'est ça qui me tord la bite mec, pas des prunelles, pas des iris, pas des battements de cils: ça. Des doigts qui cognent quelques cordes qu'on pince avec... » Il boit une longue gorgée de bière. « Une sensualité sauvage. »

je ne peux te citer un bout du deuxième souvenir, un morceau isolé, j'ai aimé la scène, l'écriture, le tout. leur côté bohème tellement important - et tellement fascinant - qui ressort. misha

oh et puis, bon anniversaire en retard I love you

_________________
Crazy on you
"How do you know I'm mad?" said Alice.
"You must be," said the Cat, "or you wouldn't have come here."
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
‟ SALVAJE „

ANIMAL TOTEM : EL BISON.
RÔLE : MÉDIATEUR, LOVEMAN.
AGE : 24 ans.


PSEUDO : OARISTYS.
CREDITS : DIVAE FAVSTINAE.
Messages : 54


→ OVER THE RAINBOW
LES AMIS DE MES AMIS SONT..:
RP ?: DISPONIBLE

MessageSujet: Re: Ô Capitaine ! mon Capitaine !   Jeu 14 Fév - 18:12

ooooh
et moi qui croyais que tu ne voulais plus me parler tout retard est pardonné tellement contente que la fiche te plaise autant, et que tu trouves que le perso se fond dans l'univers, et puis aussi le lien, et t'es adorable d'avoir été jusqu'à citer des passages, je sais plus où me mettre pouic

merci énormément Juliette, ça fait chaud au cœur
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé


MessageSujet: Re: Ô Capitaine ! mon Capitaine !   

Revenir en haut Aller en bas
 

Ô Capitaine ! mon Capitaine !

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

 Sujets similaires

-
» O capitaine O mon capitaine
» un capitaine
» main du capitaine d'anjou
» Quizzzzzzzzzz
» Capitaine Flam tu n'es pas, De notre galaxie

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
PUCKWOODGENIE :: GESTION DU PERSONNAGE :: LES ENFANTS DE LA NATURE :: LES MEMBRES ACCEPTES-